Regular

De
même que Valls lorsqu’il employa de façon totalement délirante et
gravissime le terme apartheid
au sujet des
banlieues françaises, alors qu’il était au pouvoir, sortie qui eut des
répercussions aussi sérieuses que les débilités plaintives,
communautaristes, indigénistes, etc, Saenz de Santa Maria se trompe
lorsqu’elle emploie ce terme.

Cela dit, elle a raison sur le fond, et sur les points qu’elle développe. J’ai suffisamment écrit sur le dangerosissime
Torra (voir pot-pourri de ses déclarations les plus haineuses en PDF ici), sur ses prédécesseurs dont Puigdemont Il Duce
Playmobil, sur les racines du suprémacisme à visées eugénistes des
“maîtres catalans”
dont Pompeu Fabra et Companys, pour ne pas le refaire aujourd’hui ; j’ai également
souvent écrit sur des cas de boycott ahurissants dont nous avons été
victimes dès notre arrivée en Catalogne, dans plusieurs domaines :
médias, art visuel, etc. En Catalogne s’est installé un racisme devenu
consubstantiel, sourd, exprimé le plus souvent en privé, une pure
xénophobie qui prend ses racines dans les écrits de Companys et Pompeu
Fabra.

Basile Pesso, FreeLand, 10 juillet 2 018, 1e diffusion ce jour-là (Fb)

P.S : le
titre est une faute : le “és” est catalan, ici même sans accent, il
transforme le vrai sens, qui est “se practica” (il se pratique).
Article de La Vanguardia (avec la faute corrigée par leurs soins mais toujours visible sur la version réduite de l’article) : “Sáenz de Santamaría cree que “en Catalunya se practica el apartheid”