Category: écrivains sur tumblr

Les chansons du premier album de Foo Fighters existaient déjà depuis
des années, et Dave Grohl décida de les sortir une fois Nirvana mort
après le “suicide” (se souvenir de mon enquête récente ici) de Kurt
Cobain. On n’aurait pas pensé que le batteur d’un des groupes les plus
connus de l’Histoire de la musique aurait lui aussi un groupe à grand
succès, qui dure depuis 25 ans, avec toujours de la qualité. L’ouverture
de la carrière de Foo Fighters, This is a Call, de très haut niveau,
lança l’aventure des soucoupes en 1 994, dans une des plus grandes
années de l’Histoire du rock.

Basile Pesso, FreeLand, 14 décembre 2 019, 1e diffusion ce jour-là
Foo Fighters, This is a Call

Un must de pop anglaise par un groupe inégal mais parfois,
comme ici, excellent. Groove pop/funk chaloupé et ultra-entraînant, basé
sur un riff de synthé/orgue, composition impeccable avec voix aérienne
et coeurs magnifiques, batterie parfaite, solo de guitare idem.

Basile Pesso, FreeLand, 1er décembre 2 019, 1e diffusion ce jour-là
The Charlatans, The Only One I Know

Une autre des chansons très connues de l’album The Butterfly Ball, à
part “Love is All”, hymne célébrissime, à peu près aussi bonne que ce
hit, c’est-à-dire fantastique, superbement rebondissante et composée,
avec des cuivres énergiques soutenant la chanson tout du long, une
batterie super utile, des coeurs féminins qui rappelleront notamment la
superbe bande originale de The Rocky Horror Picture Show (le film
sortit…un an après la chanson de Roger), et une fin surprenante et
remarquable. Don’t drink this water, it’s baaad for you. So bad.

Basile Pesso, FreeLand, 20 novembre 2 019
Roger Glover, No Solution

Un des hits de rock les plus célèbres des 35 dernières années, en plein
coeur d’une des plus grandes périodes de l’Histoire du rock (1 994).

A cette époque et dans les années suivantes, la grande question était
“Green Day et Offspring sont ils des vrais groupes de punk ou
commercialisent-ils le punk, l’embourgoisent-ils ?”
. Ceci demandé en
opposition aux “vrais” de The Clash, Sex Pistols, etc. Ce qui posait
surtout problème aux vieux de la
vieille, c’était…la supériorité indiscutable, à des années-lumière,
des deux groupes de jeunots en termes compositionnels…et pas que
d’ailleurs.

Ligne de
guitare sur la gamme arabe, mixé avec un riff de guitare étouffé,
martial et ultra-efficace, une batterie superbement placée dans les
trous, et une composition impeccable, sans compter évidemment la force
des paroles sur la violence débile, notamment raciale (“if one guy’s
color and the other’s dont mix, they’re gonna bash it up, bash it up”
),
entre jeunes, en particulier dans les collèges et lycées. Gotta keep’em
separated.

Basile Pesso, FreeLand, 9 novembre 2 019
The Offspring, Come out and Play

Frais, délicat, vaguement commercial mais pas tant que ça,
surtout quand on compare avec la daube sur les ondes dans les dernières
années, un hit irlandais de 2 008 avec de très belles phrases de guitare
électrique, un superbe flow vocal d’ailleurs excellemment doublé par
Amy elle-même en aigu, le p’tit accent Irish, et un mélange de joie et
de mélancolie qui a attiré la planète il y a 11 ans, sans avoir besoin
d’être un top model et/ou ultra-looké, sans non plus de clip débile avec
des chorégraphies et du strass.

Basile Pesso, FreeLand, 9 novembre 2 019
Amy McDonald, This is the Life

Toujours étonnant de se dire qu’on a affaire au guitariste des Smashing
Pumpkins, célèbre pour ses “avions” de guitare électrique dans un
groupe très régulièrement à l’opposé de la douceur souvent mièvre de cet
extrêmement doué multi-instrumentiste et compositeur
américano-japonais.

Ici, des réminiscences de Tom Petty, pour un résultat fort agréable, toujours avec Adam Schlesinger de Fountains of Wayne.

Basile Pesso, FreeLand, 7 novembre 2 019
James Iha, Jealousy

Absolument
excellent morceau du superbe groupe Fountains of Wayne, single qui les
fit connaître, dans le sillage de Nada Surf, chanson quasiment composée
sur les accords de la célébrissime chanson de Pixies “Where is My Mind
?”. Je conseille chaudement l’album entier, et pas que cet album.
On
retrouvera aussi Adam Schlesinger, le leader du groupe, avec James Iha,
guitariste des Smashing Pumpkins, pour ses albums solos.

Basile Pesso, FreeLand, 30 octobre 2 019
Fountains of Wayne, Sink to the Bottom

Même si on a souvent l’impression que les Strokes se répètent au fil
des années et des décennies, le niveau reste très haut, surtout si on ne
connaît pas les bouts de chansons quasiment identiques dans leurs
précédentes.

Ici, une sorte de patchwork de plusieurs de leurs
précédentes chansons, mais toujours envoûtant, notamment grâce aux
légers changements de rythme, avec un solo syncopé et déstructuré dont
le génie Albert Hammond Jr a le secret. Phénomène étonnant.

Basile Pesso, FreeLand, 27 octobre 2 019, 1e diffusion ce jour-là (Fb)
The Strokes, You Talk Way Too Much

Il est rare de trouver un riff funk chez Pixies, même s’il
faut le débusquer car il n’est pas vraiment en évidence. Assez “talking
headsien” en plus léger, tenu tout le long du morceau ou presque par
Black Francis en même temps que le chant, avec les saillies syncopées et
magnifiques de Joey Santiago en guitare 2. Le morceau, brillant comme
quasiment toujours avec le meilleur groupe de tous les temps, se clôt
sur un “fire” de Kim Deal, plutôt discrète sur ce titre.

Basile Pesso, FreeLand, 30 septembre 2 019, 1e diffusion ce jour-là (Fb)
Pixies, Dig for Fire

Comme
très souvent, les fakes abondent avec l’émotion. IIs sont souvent
lancés à dessein, parfois ce sont des erreurs. Malgré la gravité de ces
incendies brésiliens, ce n’est pas la peine d’en rajouter.

Surtout que je n’accorde que peu de crédit aux gens qui se taisent
systématiquement face aux massacres et vagues de viols racistes en
France, Espagne, Allemagne, Suède, Angleterre, Belgique, etc, et qui ne
se réveillent que pour des animaux et des arbres…

Basile Pesso, Free/ChristLand, 23 août 2 019, 1e diffusion ce jour-là (Fb)
Article de Sud-Ouest : “Photos des incendies en Amazonie : attention aux fake news sur les réseaux sociaux”