Category: portugal

Regular

ATTENTION, en particulier au Portugal sur les côtes et les îles.

(Aussi sur mon Fb, 13/10/18)
Article de La Vanguardia : “Este es el recorrido de Leslie en España”

Addendum 14/10 : un incendie jugulé en Espagne sud, des blessés légers et des déplacés au Portugal sud. Pour l’instant le bilan n’est pas grave.

sprint95: porto 2015

sprint95:

porto 2015

sprint95:

sprint95:

porto 2015

sprint95: porto 2015

sprint95:

porto 2015

metrocentric: DANCING

metrocentric:

DANCING

sprint95:

sprint95:

porto 2015

Au Sud, C’Etait les Français.

Soyons clairs, que se passe-t-il avec ces enculés de Frenchies ? Il se
passe qu’ils ferment leur gueule sur l’invasion de leur pays, harcèlent
les Résistants, les ostracisent, puis, quand ils se rendent compte que
ceux qu’ils ont harcelés et ostracisés disaient la vérité, ils ne disent
rien, puis se barrent quand ils pensent que c’est la meilleure chose à
faire.

Ils prennent une ville magnifique, qui au départ était surtout considérée comme touristique.
Une ville à l’esprit simple (au meilleur sens du terme), dans un pays
simple (au meilleur sens du terme), pas dénaturée, comme beaucoup le
sont.

Puis, ils
transforment l’esprit de la ville et mettent les habitants et
commerçants en grande difficulté. Lorsqu’ils sont interrogés comme ici,
ils disent que le “cadre est agréable”. Alors que le mot est
“merveilleux”. C’est comme quand ils disent “c’est sympa”. De la variété
française ou de la techno, c’est “sympa”, mais Chopin, c’est aussi
“sympa” (ou “ennuyeux”).

Mange-tout, sans tripes, sans honneur,
sans nation sauf celle du fric, lèche-bottes des Nazis puis des nouveaux
Nazis. Les Français.

Je rappellerai d’autre part que les
Français ont exploité les Portugais pendant des décennies. A une époque,
le Portugal était dans une grande pauvreté et a constitué un des plus
grands groupes d’immigration en France. Ils ont été au service des
blancs français pendant des décennies, avec des salaires parfois
minables. Ils ont souvent été, comme je l’ai déjà écrit, raillés,
méprisés. Les blagues fusaient sur les “Portugaises moustachues”, “qui
sont toutes des concierges”
, etc. Et personne ne voulait savoir que les
Portugaises sont parmi les plus belles femmes du monde.

Les gens les appelaient les “Portos”, et pas nécessairement amicalement.

Pourtant, leur abnégation et leur absence de participation à la
délinquance, à la criminalité et aux mafias a toujours été patente en
France.

Lorsque les choses ont commencé à mal tourner à cause des
“sans origine ni religion”, beaucoup sont repartis au pays, nonobstant
les difficultés économiques, et ils se réjouissaient de leur choix.
Aujourd’hui, leurs maîtres sont de retour. Heureusement, le portugais
est trop difficile à apprendre pour la plupart des Français, c’est
pourquoi je pense que l’invasion sera jugulée.

Je précise aussi
que le niveau de Français des Portugais est hallucinant, quel que soit
le niveau social. Avec un léger accent délicieux, et une qualité
grammaticale et de vocabulaire rare chez des non-français. Ceci pour
montrer un peu l’esprit d’abnégation, de respect et de discrétion de ce
peuple remarquable qui ferait bien de trouver une solution pour contrer
l’invasion.

Basile Pesso, FreeLand, 15 août 2 018, 1e diffusion ce jour-là (Fb)
Article du JDD : “Portugal : quand les étrangers délogent les habitants de Lisbonne“

metrocentric:

metrocentric:

Lisboa / Lisbon

sprint95:

sprint95:

braga 2015

Regular

Je
l’ai dit je ne sais combien de fois, il y a très peu de pays d’Europe
de l’Ouest (j’inclus dans cet ensemble la Scandinavie) épargnés par une
violence endémique dont il faut taire l’origine. Parmi eux, l’Espagne et
le Portugal.
Comme dit aussi ici récemment, il suffit de maires
et/ou de gouvernements pour ouvrir les portes de l’enfer, les fermer ou
les garder closes.

L’Espagne et le Portugal, en tout cas leurs dirigeants, sont en train de choisir la route de l’enfer, et de
briser leur paradis. Ce ne sont que les prémisses, et j’espère
évidemment que nous trouverons la formule magique pour éviter la
catastrophe, bien qu’elle soit à mon avis inévitable, même si à petite
échelle.

Si vous voulez
continuer à croire que je parle sans connaître, n’hésitez pas. Vous
n’avez probablement pas remarqué que je connais très bien la France ou
ce qu’il en reste, l’Espagne et le Portugal.

Basile Pesso, FreeLand, 1er juillet 2 018, 1e diffusion ce jour-là (Fb – lire aussi les explications en commentaires)
Article de Dreuz (je répète : non, ce n’est pas un journal d’extrême-droite…) :
“Le pays d’Europe qui veut davantage d’immigrants“